La traduction technique :



  La traduction technique ne s'improvise pas elle exige des traducteurs une connaissance des termes spécifiques très techniques. Nous avons donc recours à des personnes spécialisées en ce domaine qui possèdent une formation autre que celle de traducteur. Parce qu'une traduction doit être claire et compréhensible, notre agence de traduction travaille avec des ingénieurs et des experts techniques, maîtrisant l'art de la traduction. Notre vision de la traduction et d'offrir à nos clients un service personnalisé et une qualité irréprochable tout en respectant les délais, même si ceux-ci sont courts.


devis traduction


Nous traduisons plusieurs types de textes techniques parmi eux :


  • Traduction industrielle
  • Manuels et documents d'utilisation
  • Appels d'offres
  • Devis technique
  • Modes d'emploi
  • Matériel de sécurité
  • Documentations médicales
  • Design et décoration
  • Brochure technique
  • Documents bancaires
  • Écologie et environnement
  • Télécommunications
  • Industrie agroalimentaire
  • Norme et assurance qualité
  • Chimie et cosmétique
  • Électronique
  • Fabrication machine
  • Militaire
  • Machines et outils
  • Architecture et génie civil
  • Secteur automobile
  • Machines industrielles

Traduction anglais technique :



Translatonline.com propose des services de traductions spécialisées en langues allemande et anglaise dans les domaines de la communication, du marketing, de l'informatique, des télécommunications et de l'industrie. Nous effectuons la traduction technique dans plus de cent langues : Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Japonais, Portugais, Néerlandais, Danois, Suédois, Finlandais, Estonien, Russe, Hongrois, Tchèque, Polonais, Chinois...


Nos traducteurs interviennent seulement dans leurs langues maternelles. Pour garantir une traduction de qualité, nous acceptons tous les types
de fichiers ( Doc, Docx, Pdf, Rtf, Ppt ...).


Vous avez un document technique dans le domaine : télécommunication, architecture ou industrie et vous cherchez une traduction spécialisée : n'hésitez pas à nous transmettre votre document pour un devis gratuit.


Vous voulez traduire un texte pour un projet d'architecture contenant plusieurs pages qui utilise un langage technique spécifique au domaine. Grâce à une équipe de traducteurs spécialisée dans le domaine, nous pouvons répondre à vos besoins avec des traductions de qualité.


Notre agence de traduction est particulièrement spécialisée dans les NTIC. Nous avons travaillé pour plusieurs sociétés informatiques, logiciels de gestion de stock, programmes de défragmentation et plateformes réseau.


Le processus de traduction



Ce qui distingue la traduction technique des autres formes de traduction, et en constitue la plus grande difficulté, c’est le problème de compréhension. Il est évident que l’on ne peut traduire un mot ou même la description d’un procédé si on ne les comprend pas ; or, en traduction technique, le cas se présente assez fréquemment, soit qu’il s’agisse d’un domaine ou d’une terminologie qui nous est inconnue, parce que trop spécialisée, soit que l’on ait affaire à une technique toute nouvelle dont le vocabulaire n’est pas encore fixé et encore moins enregistré dans les dictionnaires. Comme par ailleurs la traduction technique exige précision et exactitude, il ne peut être question d’éviter les difficultés ou de s’en tirer élégamment par un tour de laissez-passer, comme cela est parfois possible dans d’autres domaines. Auparavant, et pour procéder logiquement, commençons par la première phase du processus de traduction : l’analyse.


1 ANALYSE

L’analyse, qui est une opération importante en traduction littéraire, par exemple, se fait assez rapidement en traduction technique. Il est pourtant certains points qu’il ne faut pas négliger. Cette analyse peut se faire en quatre étapes, dont voici une brève description.


Lecture

La lecture rend possible l’analyse ; elle facilite la compréhension en donnant une vue d’ensemble sur le texte à traduire. Un terme qui semble équivoque au premier abord peut se trouver défini ou explicité dans un paragraphe suivant. Par exemple, le traducteur devra chercher dans le texte un indice qui lui indique s’il doit traduire repository for public funds par lieu de dépôt (emplacement) ou dépositaire (personne) des deniers publics. Le même cas se présente pour valve, comme on le verra plus loin.


Contexte

Le contexte, pris au sens large du terme, permet de répondre à deux questions importantes :


1) Quelles sont l’origine et la destination du texte à traduire ? S’agit-il d’un texte purement scientifique (p. ex. communication à un congrès de physiciens) ou d’un ouvrage de vulgarisation destiné au grand public ? La réponse à cette question influera sur le niveau de langue.


2) Le texte est-il rédigé en anglais ou en américain ? Cette question est déterminante sur le plan sémantique (surtout dans le domaine de la technique). Le traducteur des Mémoires de Churchill ne se l’est sans doute pas posée lorsqu’il traduit le mot truck, puisqu’il a vu un convoi de camions là où il y avait une rame de wagons . De même, les corporate stocks sont des emprunts de municipalités en Grande-Bretagne et des titres de sociétés commerciales aux États-Unis.


Niveau et tonalité

Selon la destination du texte, le niveau pourra être celui du jargon technique, de la langue écrite scientifique ou de la langue commune parsemée de termes techniques. La tonalité est en général neutre, impersonnelle.


Documentation

Parvenu à ce stade de l’analyse, le traducteur est en mesure de déterminer le genre de documentation dont il aura besoin. Il peut déjà vérifier ses sources de documentation, faire l’inventaire des outils qu’il a sous la main et de ceux qu’il devra se procurer. Si l’importance de la traduction le justifie, il peut commencer à lire des traités pertinents, au double point de vue de la terminologie et de l’information technique.


2 COMPRÉHENSION

Le processus de traduction en général comporte une double opération : traduire pour comprendre et traduire pour faire comprendre. Dans le premier cas, le traducteur est seul en présence du texte ; dans le second, le lecteur entre en jeu. En pratique, ces deux opérations sont simultanées, mais en traduction technique il est bon de les dissocier parce que, comme nous l’avons dit, la compréhension présente de plus grandes difficultés que dans les autres formes de traduction. On peut résoudre les problèmes de compréhension par étapes successives.


Degré de difficulté

Le traducteur procède à un inventaire rapide des difficultés de compréhension pour déterminer :


  • a) s’il a la compétence voulue pour traduire : compréhension suffisante, documentation et experts à sa disposition ;
  • b) s’il peut traduire rapidement et de façon rentable, c’est-à-dire dans le délai imparti et dans un temps correspondant à la rémunération.

Genre de difficulté

Au cours de la lecture, le traducteur a relevé les termes et les passages qu’il ne comprend pas. Des recherches préliminaires à l’aide des outils et de la documentation dont il dispose lui permettent d’éliminer les difficultés qu’il peut résoudre seul.


Appel à l’expert

S’il reste des termes ou des passages obscurs ou incompréhensibles, le traducteur doit faire appel à l’expert. Le temps de celui-ci étant précieux, il est important de lui poser des questions précises et intelligentes, de préférence avec renvoi au texte.


Traitement des réponses

Lorsqu’on reçoit les réponses, deux cas peuvent se présenter : ou bien les explications permettent de traduire ou bien, tout en comprenant le sens, on ne connaît pas l’équivalent dans la langue d’arrivée. En fait, il ne s’agit déjà plus d’un problème de compréhension, mais de traduction, et nous retrouverons les réponses, sous forme d’exemples, à la 3e phase du processus qui est la traduction proprement dite.


3 RÉVISION

En règle générale, il est toujours avantageux de faire réviser sa traduction. La réaction du lecteur qui ne connaît pas l’original en LD est un excellent critère de « transparence ». En traduction technique, toutefois, la révision doit porter davantage sur le fond que sur la forme, la précision et l’exactitude passant avant l’élégance. C’est pourquoi la révision devrait être confiée à un technicien, qui sera mieux en mesure de déceler rapidement les termes inexacts et de signaler au traducteur les passages qui manquent de clarté. Le but primordial de la traduction technique étant l’information, il est évidemment essentiel que le message soit clair.


De ce qui précède, on peut conclure que la traduction technique est un travail d’équipe, du moins de collaboration étroite entre le traducteur et le technicien. Sans cette collaboration, il est difficile et parfois impossible de faire ce travail de façon satisfaisante. C’est une profession qui exige à la fois un esprit curieux, car le traducteur doit se tenir au courant des progrès de la technique et accroître sans cesse ses connaissances dans un grand nombre de domaines ; un esprit méthodique, car il doit classer et répertorier toute la documentation qu’il accumule pour pouvoir l’utiliser au moment voulu sans perte de temps ; enfin, un souci de l’exactitude et de la précision, car la science et la technique ne se contentent pas d’à-peu-près. Sur le plan linguistique, le traducteur technique est souvent appelé en outre à faire œuvre de pionnier. Dans sa chronique Défense de la langue française, Robert Le Bidois écrivait récemment : « C’est surtout dans le domaine de la technique et de la science qu’apparaissent les insuffisances du vocabulaire. Tous les jours, de nouveaux concepts, dispositifs ou objets nous obligent à créer des mots qui ne figurent pas dans les dictionnaires. » Or, c’est au traducteur technique qu’il incombe souvent de combler ces lacunes lexicales. La traduction technique offre donc à ceux qui ont la compétence et les dispositions voulues une carrière à la fois enrichissante pour l’esprit, rémunératrice et pleine d’avenir.


Demandez un devis de traduction..>>



  • Traduction technique de qualité avec un service rapide
  • Confiez vos textes à des traducteurs professionnels.
economie